Je mène deux vies qui n'ont rien à voir

12 avril 2008

Racontables!

J’ai mon titre qui n’est pas bien ronflant. Par contre les jours semble nous attendre. Je tourne tout autour des choses que nous avons vécu pendant ce dernier mois. Je mijote entre tes mains qui me caressent. A hue à dia, je me gagne ma croûte, en défendant l’envie de souffler un peu avec toi.

C’est tout.

Posté par Petite voleuse à 12:04:00 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 avril 2008

Le temps peut bien s'arrêter

Le gsm sonne. Ta voix est pareil à un souvenir vague, quelques gouttes de pluie qui me font penser aux arbres fleuris du jardin de M.me Tissot. Le sang se réchauffe et commence à circuler plus rapidement dans mes veines. C’est l’hiver et tu portes quelque part en toi l’espoir du printemps.

Posté par Petite voleuse à 11:58:00 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2008

Le dernier jour et les nerfs impossibles à faire taire.

Posté par Petite voleuse à 12:13:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2008

"Ti lalala lalal ti lalalala"

dos

Posté par Petite voleuse à 01:50:40 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2008

Froncer les sourcils

ab7d368a454889b8

Il y a des choses que la vie n’explique  pas et ils sont juste la raison du départ.On connaît de faux corps et l’univers prend des mauvais couleurs. On devient gourmande sans le vouloir et le monde s’acharne à faire de nous des insensibles. Je ne veux plus noircir ma feuille blanche car les rêves à moi n’ont pas sommeil. Ils ne méritent non plus la haine que tu l’épargnes.

Posté par Petite voleuse à 04:54:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 janvier 2008

Par terre

La lumière semble jouer avec ses tonalités. Si tu veux que rien ne change, il faut que tout change. Tu es franchement trop insolent.

Posté par Petite voleuse à 01:32:55 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2008

Interminable défilé de nuages

Une vie n’existe pas toute seule. Elle développe de multiples relations autour d’elle, ou plutôt au-delà d’elle...

Posté par Petite voleuse à 02:20:39 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2007

Ma devise pour la prochaine année

Into_new_year_by_Ciril

©Deviantart

        -     Allons, votre vie n’a pas été une réussite.

-   Parlez pour vous !Est-ce que vous l’avez réussie, vous ?

-  Ne vous fâchez pas, moi, ce n’est pas mieux. On croit toujours que ce sont les autres qui ont raté leur vie, ça évite de reconnaître qu’on a raté la sienne.

-   Pourtant, certains peuvent l’avoir réussie.

-    Alors, vous n’avez rien compris. Nous avons tous les deux raté notre vie et aussi notre mort. Nous avons tout raté, aussi bien avec Paula qu’avec le reste : vous avec votre littérature, moi avec ma fortune, mon casino, ma réconciliation israélo-palestinienne. Pour ce que ça sert d’être le fils d’un riche Sturmbannführer ! mais le ratage crée des liens, c’est ça qui nous réunit ici.

-     Ce n’est guère réjouissant.

-          Ne vous en faites pas : tout le monde rate sa vie Le vie, c’est fait pour ça. On passe à côté de l’essentiel même si on croit avoir réussi. Ceux qui prétendent le contraire sont des imbéciles ou des menteurs. Pis encore ; des rabat-joie, car plus on est de ratés, plus on rit.


Avec vu sur le Royaume, Gattégno

Posté par Petite voleuse à 09:42:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2007

Si on avait osé se battre, on n’en serait pas là.

                          The_Funeral_by_wreszcieJa

Il s’attardait sur chaque note, avec un jeu tout en légèreté. Entre chaque note s’ouvrait un univers sombre. Autour de moi, les gens étaient pris par cette musique. Quand elle a terminé, un long silence a suivi. Je ne comprenais pas pourquoi, mais j’avais envie de partager sa tristesse. Et je croyais voir briller la musique dans ses yeux.

Posté par Petite voleuse à 09:01:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2007

La suite du poème se perd dans la nuit

Confusion_by_LordVenomTLD

L’avant et l’après se confondent en un simulacre de continuité. Il y a trop d’insuffisances pour ainsi dire dont la liste serait trop longue à dresser. Je voudrais me surprendre par un éclaire de fierté dans le regard de quelqu’un. Ou être près de quelqu’un qui empoissonne ma vie avec talent.

Ici rien de tel.

C ’est comme si une pièce de monnaie en équilibre sur sa tranche tourne sur elle-même: une rotation de cent quatre-vingt dégrée et moi, je passe de l’autre côté. Le miroir me renvoie l’image d’une personne aux joues creusées par le chagrin. Je sente ma tête partir en morceaux. Je devrais prendre congé de certains choses qui ne me donne plus d’intensité et de la force nouvelle. 

Posté par Petite voleuse à 06:03:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]